SOUTIEN INDEFECTIBLE DE LA PREMIÈRE DAME DU MALI AU MINISTRE DE LA PROMOTION DE LA FEMME, DE L’ENFANT ET DE LA FAMILLE POUR RELEVER LE DEFI DE LA PROBLEMATIQUE DE FINANCEMENT DE L’EGALITE GENRE DANS LE CREDD ET LES ODD……

Sous le haut parrainage de Madame KEÏTA Aminata MAÏGA, Première Dame du Mali, Présidente de l’ONG AGIR, le Ministre de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille Dr. DIAKITE Aïssata Kassa TRAORE avec l’appui du Système des Nations Unies (SNU) a organisé le jeudi 05 septembre 2019 à l’hôtel Sheraton de Bamako, une table ronde de haut niveau sur la problématique de financement de l’égalité genre et de l’autonomisation des femmes au Mali.

Outre, la Première Dame, elle ce forum a regroupé entre, autres, les responsables du MPFEF, les représentants des collectivités, les Députés élus à l’Assemblée Nationale,  la Coordinatrice Résidente du Système des Nations Unies au Mali, les responsables des représentations diplomatiques et consulaires notamment du Canada, de la Suède, les responsables de l’ONU femmes, de l’UNFPA, les responsables des institutions financières (la BAD…), le Coordinateur de la Cellule Technique du Cadre Stratégique de Lutte Contre la Pauvreté (CT/CSLP), etc..

L’objectif principal visé par cette table ronde était d’amener le Gouvernement et ses partenaires techniques et financiers à mieux appréhender les enjeux liés à l’importance de réduire les inégalités genre et l’autonomisation des femmes pour l’atteinte des résultats attendus dans le Cadre Stratégique pour la Relance Economique et de Développement Durable (CREDD) et les Objectifs de Développement Durable (ODD).

Pour l’atteinte de cet objectif, des plaidoyers/lobbying ont été faits à travers des présentations et communications faites par des experts et d’éminentes personnalités.

Ainsi, pour planter le décor, Dr DIAKITE Aissata Kassa TRAORE, en sa qualité de premier responsable du Département en charge de la Femme a exprimé la volonté manifeste du Président de la République, Chef de l’Etat, Son Excellence Monsieur Ibrahim Boubacar KEITA et du  Premier Ministre, Chef du Gouvernement   Dr Boubou CISSE, de ne ménager aucun effort pour la mise en œuvre du programme de développement durable à l’horizon 2030  conformément à la     lettre de mission  traduite dans le Programme gouvernemental. C’est convaincu de cette réalité que la présente rencontre a été initiée.

A la suite du Ministre, une présentation de la situation de l’Egalité Genre et la problématique de son financement au sein du CREDD et des ODD a été faite par le Coordinateur Technique du CSLP. Cet exposé a mis en exergue les corrélations qui existent entre les Peuples, la Planète, la Paix, la Prospérité et le Partenariat conformément à l’agenda de développement durable.

Après dans la même dynamique, pour justifier et convaincre davantage l’assistance sur la pertinence de l’organisation de la présente journée, des communications ont été faites respectivement sur les expériences du Canada, de la Suède en matière de financement de l’Egalité Genre et de celle de la Banque Africaine de Développement (BAD) sur le financement de l’Egalité Genre et de l’Autonomisation de la Femme.

Ces présentations et communications ont fait l’objet d’échanges fructueux et des messages clés ont été véhiculés. Cette approche inclusive et participative utilisée a permis aux participants de mieux cerner les indicateurs considérés pour apprécier la problématique des inégalités de genre, de l’autonomisation de la femme et de son financement.

Ainsi,  à la lumière, de tout ce qui précède des recommandations et des plaidoyers ont faits pour amener les partenaires techniques et financiers à s’engager à consacrer désormais 15% des fonds alloués pour l’Egalité Genre et l’Autonomisation des Femmes au Mali.

Pour soutenir tous ces argumentaires, ces plaidoyers, la première Dame a, dans son allocution de clôture réaffirmé l’engagement des plus hautes autorités pour la promotion du genre en faisant référence au discours d’investiture du Président de la République pendant son second quinquennat qui a déclaré qu’il voulait faire émerger un nouveau modèle social fondé sur l’égalité, la justice sociale, et la création des conditions de réussite pour tous. Elle a aussi insisté sur l’égalité des genres pour une émergence du Mali.

Elle  a aussi démontré dans son intervention de la mise en place d’instruments législatifs, réglementaires et financiers pour le respect des engagements respectifs pour l’application des accords et résolutions relatifs à l’égalité genre, qui sont entre autres la mise en place d’un financement transformateur en faveur de l’égalité femmes-hommes ; le renforcement des systèmes nationaux de données et l’accélération des efforts à tous les niveaux pour combler les lacunes dans les données et déterminer des niveaux de référence pour toutes les cibles ; le respect de l’engagement de ne laisser personne de côté…

C’est sur cette note d’espoir que la table ronde a été sanctionnée par une déclaration des partenaires à travers leurs signatures sur des panneaux comme preuve de leur engament.

En somme, nous pouvons affirmer que le MPFEF a réussi  une prouesse en initiant cette table ronde regroupant les partenaires techniques et financiers notamment le Système des Nations Unies, les institutions financières et la partie gouvernementale afin de converger dans la même direction pour le financement de l’égalité Genre et l’autonomisation de la femme malienne, actrice indispensable pour le développement durable.

 

Danièl Ely COULIBALY

Chef de Cabinet MPFEF

About the Author :

Leave a Comment

SOUTIEN INDEFECTIBLE DE LA PREMIÈRE DAME DU MALI AU MINISTRE DE LA PROMOTION DE LA FEMME, DE L’ENFANT ET DE LA FAMILLE POUR RELEVER LE DEFI DE LA PROBLEMATIQUE DE FINANCEMENT DE L’EGALITE GENRE DANS LE CREDD ET LES ODD……

Sous le haut parrainage de Madame KEÏTA Aminata MAÏGA, Première Dame du Mali, Présidente de l’ONG AGIR, le Ministre de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille Dr. DIAKITE Aïssata Kassa TRAORE avec l’appui du Système des Nations Unies (SNU) a organisé le jeudi 05 septembre 2019 à l’hôtel Sheraton de Bamako, une table ronde de haut niveau sur la problématique de financement de l’égalité genre et de l’autonomisation des femmes au Mali.

Outre, la Première Dame, elle ce forum a regroupé entre, autres, les responsables du MPFEF, les représentants des collectivités, les Députés élus à l’Assemblée Nationale,  la Coordinatrice Résidente du Système des Nations Unies au Mali, les responsables des représentations diplomatiques et consulaires notamment du Canada, de la Suède, les responsables de l’ONU femmes, de l’UNFPA, les responsables des institutions financières (la BAD…), le Coordinateur de la Cellule Technique du Cadre Stratégique de Lutte Contre la Pauvreté (CT/CSLP), etc..

L’objectif principal visé par cette table ronde était d’amener le Gouvernement et ses partenaires techniques et financiers à mieux appréhender les enjeux liés à l’importance de réduire les inégalités genre et l’autonomisation des femmes pour l’atteinte des résultats attendus dans le Cadre Stratégique pour la Relance Economique et de Développement Durable (CREDD) et les Objectifs de Développement Durable (ODD).

Pour l’atteinte de cet objectif, des plaidoyers/lobbying ont été faits à travers des présentations et communications faites par des experts et d’éminentes personnalités.

Ainsi, pour planter le décor, Dr DIAKITE Aissata Kassa TRAORE, en sa qualité de premier responsable du Département en charge de la Femme a exprimé la volonté manifeste du Président de la République, Chef de l’Etat, Son Excellence Monsieur Ibrahim Boubacar KEITA et du  Premier Ministre, Chef du Gouvernement   Dr Boubou CISSE, de ne ménager aucun effort pour la mise en œuvre du programme de développement durable à l’horizon 2030  conformément à la     lettre de mission  traduite dans le Programme gouvernemental. C’est convaincu de cette réalité que la présente rencontre a été initiée.

A la suite du Ministre, une présentation de la situation de l’Egalité Genre et la problématique de son financement au sein du CREDD et des ODD a été faite par le Coordinateur Technique du CSLP. Cet exposé a mis en exergue les corrélations qui existent entre les Peuples, la Planète, la Paix, la Prospérité et le Partenariat conformément à l’agenda de développement durable.

Après dans la même dynamique, pour justifier et convaincre davantage l’assistance sur la pertinence de l’organisation de la présente journée, des communications ont été faites respectivement sur les expériences du Canada, de la Suède en matière de financement de l’Egalité Genre et de celle de la Banque Africaine de Développement (BAD) sur le financement de l’Egalité Genre et de l’Autonomisation de la Femme.

Ces présentations et communications ont fait l’objet d’échanges fructueux et des messages clés ont été véhiculés. Cette approche inclusive et participative utilisée a permis aux participants de mieux cerner les indicateurs considérés pour apprécier la problématique des inégalités de genre, de l’autonomisation de la femme et de son financement.

Ainsi,  à la lumière, de tout ce qui précède des recommandations et des plaidoyers ont faits pour amener les partenaires techniques et financiers à s’engager à consacrer désormais 15% des fonds alloués pour l’Egalité Genre et l’Autonomisation des Femmes au Mali.

Pour soutenir tous ces argumentaires, ces plaidoyers, la première Dame a, dans son allocution de clôture réaffirmé l’engagement des plus hautes autorités pour la promotion du genre en faisant référence au discours d’investiture du Président de la République pendant son second quinquennat qui a déclaré qu’il voulait faire émerger un nouveau modèle social fondé sur l’égalité, la justice sociale, et la création des conditions de réussite pour tous. Elle a aussi insisté sur l’égalité des genres pour une émergence du Mali.

Elle  a aussi démontré dans son intervention de la mise en place d’instruments législatifs, réglementaires et financiers pour le respect des engagements respectifs pour l’application des accords et résolutions relatifs à l’égalité genre, qui sont entre autres la mise en place d’un financement transformateur en faveur de l’égalité femmes-hommes ; le renforcement des systèmes nationaux de données et l’accélération des efforts à tous les niveaux pour combler les lacunes dans les données et déterminer des niveaux de référence pour toutes les cibles ; le respect de l’engagement de ne laisser personne de côté…

C’est sur cette note d’espoir que la table ronde a été sanctionnée par une déclaration des partenaires à travers leurs signatures sur des panneaux comme preuve de leur engament.

En somme, nous pouvons affirmer que le MPFEF a réussi  une prouesse en initiant cette table ronde regroupant les partenaires techniques et financiers notamment le Système des Nations Unies, les institutions financières et la partie gouvernementale afin de converger dans la même direction pour le financement de l’égalité Genre et l’autonomisation de la femme malienne, actrice indispensable pour le développement durable.

 

Danièl Ely COULIBALY

Chef de Cabinet MPFEF

About the Author :

START TYPING AND PRESS ENTER TO SEARCH